La pêche à soutenir en dérive

C’est ma technique de prédilection, sensations garanties, finesse des touches et sens aîgue de la pêche.

Pagre à la pêche à soutenir

La pêche à soutenir dans son principe est simple. Un bas de ligne composé d’un plomd et de deux ou trois avançons (hameçons montés).

Le plomb repose sur le fond et ont tient le fil légèrement tendu pour sentir la touche. Simple non? L’origine c’est la palangrote, ancienne technique de pêche en bateau. On pratique généralement à l’ancre mais je préfere la dérive pour plusieurs raisons:

  1. L’ancre est un objet qui ne fait pas parti de l’espace naturel du poisson.
  2. Ancré on ne pêche que le poisson qui est sous le bateau.
  3. C’est le meilleur moyen d’assecher un spot de pêche.

Pour certaine espèces comme la dorade, l’ancrage est préferable car ce poisson passe du temps à se décider à engamer l’appat.

Mais pour la dorade je préfere pêcher du bord.

Pour les pêches en dérive à soutenir je selectionne quatre plages de profondeur correspondant à quatre montages et appats differents:

  1. de 40 à 60 m.
  2. de 90 à 120 m
  3. de 130 à 160 m
  4. plus de 200m

1) 40/60m: les poissons que l’on trouve sont les sarrans chèvres, les pageots (500gr à 1kg), les pagres dans le même poids, les chapons, raies, sars…(oubliez les raies!!!!!!!!!!)

Le montage doit être le plus discret possible car la lumière est encore trés présente. Le bas de ligne en fluocarbonne de 20 livres d’au moins 5 mètres sera rattaché à de la tresse de 15 livres par un noeud. Le plomb entre 60 et 90 gr, préferez un plomb poire avec l’émerion incorporé.

Prendre des sleeves du diamètre du fil du bas de ligne, des émérions creux où on fera passer le fil (pas phospho SVP).

Commencez par mettre un merion agrafe en bas pour attacher le plomb (l’agrafe  facilite le changement du plomb pour le changer rapidement en fonction des besoins). Enfilez une sleeve, un émerion, deux sleeves, un émerion, la sleeve finale. Serrez la premiere sleeve avec une pince à environ 30 cm du plomb et le seconde au dessus de l’émerion. Attention que l’émerion ne soit pas bloqué. Répeter l’opération 30 cm au dessus pour le deuxième avançon.

A éviter: faire des noeuds sur le bas de ligne, les deux seuls noeuds seront pour l’aggraphe et pour la tresse.

Pour les hameçons: n°1 plus ou moins selon vos appats montées sur fluorcarbonne (en vente en magasin) choisir fort en fer!

La longueur du premier avençon, celui près du plomb, sera légérement plus long que le plomb. En effet, en dérive les pagres et pageots méfiant engameront au sol à cette profondeur car la nouriture est abondande. Le deuxième avençon mesurera une dixaine de cm. Le but et d’attirer en premier nos glouttons sarans. Imaginez que le plomb ne se trouve pas sous le bateau mais entre 5 et 10m de là, le fil est  à l’oblique.

Pour l’appat j’utilise des gambas décortiquées dont je coupe le queue en deux morceaux. (prendre des crevettes bleues congelées et pas les tigrées). mais les bibis ne sont pas de refus suivant l’état de vos finances, sinon concombre de mer possible.

La technique est simple mais demande une certaine maitrise. Laissez couler le plomb jusqu’au fond (s’arrurer au sondeur qu’il y a des roches dessous!!) et laisser le pick up ouvert. Tenir le fil avec l’index et pendant la dérive et laissez du fil à chaque fois que le fil se tend. Le plus difficile est d’essayer d’avoir le fil légerement tendu pendant quelques secondes en jouant avec l’amplitude de la canne. Aprés quelques mètres moulinez (si il n’y a pas de poissons au bout!!) pour déplacer le plomb sur le fond puis recommencer l’opération.

Ne jamais donner de grands coups secs ce qui effraie les poissons.

Les pagres en fin de printemps sont nombreux à ces profondeurs et sont assez gourmands donc les touches au bout des premières trente secondes sont frequentes, hélas les sarrans seront ferrés d’entré. Alors perseverez! Au petit matin les chapons sont prennant. Pagres et pageots entre 10 et 12h! Ce sont mes constatations bien que rien ne soit figé là dessous. Pour une pêche responsable remettez à l’eau les pagres et pageots de moins de 500gr

2) 90/120 m: Là la lumière commence à faiblir, mais pagres et pageots de taille plus imposante sont présent mais moins nombreux. On rencontre les poissons lezards, sacré prédateurs qui engament les appats avant leurs arrivés au fond, mais à la chair pas terrible au niveau gustatif (personellement je les rejette, à part les plus gros que je garde pour la soupe entre 1 à 2 kg).Les vieilles coquettes avec leurs couleurs magnifiques du violet au jaune citron, pesant jusqu’a 2 Kg. Les premières dorades sébaste, sorte de chapon de profondeur aux couleurs orangées et à la chair subtile. Des chapons pas plus gros qu’a des plus petites profondeurs. Des gros pageots (j’en ai fait un de 3 Kg à 125 m en aôut.) bref des prises interessantes mais plus rares.

Même techniques, Plomb plus lourds (125 à 180 gr), même appats…. Mais entre nous c’est dans cette plage de profondeur que j’ai eu le plus de plaisir, à part qu’il faut être motivé pour le moulinage. N’oubliez pas de pomper pour remonter votre prise!

3) 130/160 m: Il fait sombre, les poissons ont de gros yeux pour dénicher leur nouriture et se repère à l’odorat (les effluves). Qui sont ils si bas? Cernier, dorades sébaste, sabres, dorades gros yeux (dorades acarnées), saint pierre.

On commence à changer de matos car c’est le début de la pêche profonde. Pour ma part, canne daiwa, moulinet électrique Tanakom bull 1000, bas de ligne flash mer grand fonf, plomb entre 500gr à 1 Kg, appats: maquereaux, sardines (fragile et se déchirent par la vitesse de descente) sevreaux. Hameçons auto ferrants…. J’ai pêché un cernier de 8 Kg sur 200m avec ce matos. La dérive commence à être un handicap si on se déplace à plus de 1,5 noeud.

Cet hiver j’ai fait le plein de dorades acarnées sur des roches à 160m, les perle phospho les rendes folles couplé avec la lumiere strombos………..

4) 200 m et plus:

Helppppppppppppppppppppppppppppppppp………………. j’attends que vous me guidiez!!!!!!! une seule experience sur le sec  du méjan mais sans succés!

 PS: Congres à toutes profondeur de nuit à la sardine , maquereaux ainsi que les murénes toute l’année. Automne vise les pélagiques. En hiver dorades sébastes et acarnées sur les 160m.

Je suis preneur de tout renseignements a ce sujet.

Publicités

Une réponse à “La pêche à soutenir en dérive

  1. interressantes tes observations de mon coté je pratique beaucoup de peches differentes la peche a soutenir a la dérive ,la peche a soutenir grand fond a la dérive et ancrée de 150 a 250 mètres sur la fosse de capbreton voir des essais au treuil kristal fishing palangres verticales par 600 m de fond beaucoup de requins savates bon a manger des merlus de 2 a 3 kg j’espère des cerniers mais pour l’instant je n’en ai pas fait pourtant bien equipé en electronique maxsea 3 d et sondeur pro de chez furuno je te souhaite de bonnes sorties a bientot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s